Une oeuvre de faience

Accueil > L’association > La Genèse-Lettre du Président

La Genèse-Lettre du Président

mardi 27 février 2007, par laetitiafaenza

UNE ŒUVRE DE FAÏENCE

A partir du début du XXème, siècle les sociétés de bibliophiles ont fleuri en abondance en France.
Alors que se développaient les techniques mécaniques d’illustration du livre, des amoureux du papier (JAPON, VELIN, ARCHES, MADAGASCAR, COREE …), de la typographie, des formes classiques de reproduction de l’image (cuivre, bois, litho, vernis mou ….), de la composition, du tirage artisanal, ont voulu choisir et créer des objets non pas uniques mais d’un nombre limité afin de faire connaître, préserver et diffuser le "beau livre".
Ils ont alors associé des techniciens (typographe, imprimeur, graveur, relieur ….), un auteur (ou un texte) et un illustrateur contemporain.

Ainsi sont nées la Société des amis du livre moderne (1908), du livre d’art (1914), les Médecins bibliophiles (1922), les bibliophiles du Palais (1923) ou la société des Cent ….
Ces cercles amateurs, essentiellement masculins, ont été rejoints par la société des Cent Une (1920 environ) qui ne regroupait que des femmes bibliophiles.

Si les tirages de tête (grands papiers) sont encore parfois édités, les sociétés de bibliophiles ont, en ces temps de communication de toute sorte, peu à peu disparu. Il en reste cependant quelques-unes très actives.

La comparaison avec le livre s’arrête là, car le livre, ami fidèle, a pourtant un défaut : il nous tourne le dos. Alors que la faïence ….

Du rapprochement d’un artiste et d’une faïencerie peut naître une œuvre qui, tirée à petit nombre, aura d’autant plus de valeur pour son détenteur qu’il en sera l’éditeur, pour l’avoir choisie avec ses amis.

Pour y parvenir il faut d’abord rapprocher dans ce but les amateurs que nous sommes en vue de permettre l’édition, en faïence et en petit nombre, d’une œuvre originale d’un auteur contemporain (sans que celui-ci ne soit nécessairement breton, ni n’ait déjà travaillé ce matériau). Cette démarche est nouvelle et ouvrira certainement des perspectives non entrevues aujourd’hui.

Les membres ainsi regroupés au sein d’une association adéquate effectueront le choix de l’artiste (contemporain) et de l’œuvre à éditer. Ils créeront les conditions d’une collaboration avec l’artiste et la faïencerie et participeront ainsi directement à la création de l’œuvre.

C’est un projet passionnant et innovant : participer à la création, ou s’en remettre à ses amis à défaut de pouvoir participer au choix, et faire ainsi démocratiquement confiance aux goûts des autres.

Une œuvre serait éditée chaque année au profit des seuls membres de l’association puisque c’est l’objet même du groupe que de créer pour lui-même.
Tous les exemplaires en seraient bien sûr numérotés, personnalisés et signés. Ils ne seront pas mis dans le commerce.
La remise des exemplaires aux membres de l’association pourrait faire l’objet d’une aimable réunion ….

Et tout le reste est désormais entre les mains et livré à l’imagination des amateurs qui nous rejoindront dans l’association "Une œuvre de faïence".

Bernard-Jules Verlingue, Conservateur du Musée de la Faïence, est d’accord pour nous aider en tout cela. Je l’en remercie chaleureusement.

Il nous faut être au minimum 50 membres.
Dans ces conditions un versement annuel de 400 € permet de couvrir le coût d’acquisition et de fabrication, en autant d’exemplaires que de membres, d’une œuvre originale que vous aurez vous-même choisie.

Cette cotisation annuelle à l’association donne droit à un exemplaire de l’œuvre éditée, numérotée et personnalisée.